Les EME 2016 seront consacrés au cancer et rendront hommage à tous ceux qui le combattent, malades, soignants, aidants, chercheurs.

Les infirmières et les infirmiers jouent un rôle capital dans la prise en charge du cancer.
Ils sont souvent en première ligne. C'est à eux que la famille, les aidants et les malades s'adressent en priorité quand ils ont besoin de comprendre, d'être rassurés ou de s'informer.
Ce sont eux, qui malgré des journées bien chargées prennent le temps d'écouter et de réconforter.
Dans ce numéro de Capital Santé, notre invité, Philippe Tisserand, Président de la Fédération Nationale des Infirmiers (FNI) nous parle, en termes très humains, du rôle central de cette corporation.

Les plus grands organismes qui travaillent chaque jour à lutter contre le cancer seront présents aux EME du samedi 15 octobre.

GUSTAVE ROUSSY, premier centre européen de lutte contre le cancer, incarne au niveau mondial, un modèle d'innovation et impulse une puissante dynamique de progrès pour combattre le cancer. Gustave Roussy est un centre de soins, de recherche et d'enseignement, qui prend en charge des patients atteints de tout type de cancer.

Cette année pour le colloque annuel des EME qui aura lieu le samedi 15 octobre, nous sommes heureux d’accueillir Raphaël Enthoven qui apportera une vision philosophique à notre thématique : Cancer, le défi. Quelques mois avant le colloque, nous l’avons rencontré afin qu’il nous dise quelques mot sur l’épreuve que constitue le cancer. Raphaël Enthoven dédicacera son dernier ouvrage, fraichement paru, lors des EME.

Très complet, ce rapport (Le dernier rapport de l'institut National du Cancer) aborde le cancer sous nombre de ses aspects, les moyens engagés pour le combattre, ceux permettant de le prévenir (dépistage, hygiène de vie…) et bien sûr, au centre de tout, les patients.

Lors des prochains Entretiens Médicaux d'Enghien, consacrés au cancer (15 Oct. Enghien),
l'association PSVO ditribura les nouveaux tests immunologiques du cancer Colo-rectal.

Comment procède-ton?

Cet échographe inventé par deux chercheurs français, permet d'éviter 50 % des biopsies dans le cas d'une recherche de cancer du sein.

Voir l'article complet en cliquant ici.

Le recours à des tests génomiques, permettant d'éviter la chimiothérapie post opératoire pour traiter certains cancers du sein prouve son utilité dans une vaste étude. Et devrait être bientôt remboursé en France.

Lire l'article complet en cliquant ici.

Le dernier plan cancer prévoit que 50% des chirurgies du cancer du sein devront être effectuées en ambulatoire dans un avenir proche.

Cette technique est plébiscitée par les patientes, qui préfèrent rentrer chez elles le soir de l'opération.

Solid'Hair récupère les cheveux pour les vendre aux perruquiers.
Avec l'argent récolté, l'association aide les malades en chimio à acheter une prothèse capillaire.
Les EME2016 accueilleront gratuitement les associations oeuvrant pour les malades.

Après 20 ans de recherche, Patrizia Paterlini-Brechot (Professeur de biologie cellulaire et d’oncologie à la faculté de médecine Necker Enfants Malade) a mis au point un test qui permet de détecter très tôt les cellules cancéreuses. Ce test Iset est enfin commercialisé à très petite échelle.

- Selon une enquête IPSOS, 7 français sur 10 pensent qu'ils auront un cancer.
- 55% pensent qu'un tiers des cancers se soigne, alors que le chiffre est de 50%

Cette étude fait ressortir à quel point le cancer est ressenti comme une fatalité pour beaucoup d'entre nous.
Pourtant, des progrès immenses sont réalisés et nous avons de plus en plus de raisons d'être optimiste en la science.

Si le trépied de base de l'arsenal thérapeutique contre le cancer reste la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie, il faut savoir que presque 1.000 molécules sont actuellement en cours de développement dans le monde. 72 ont été validées au cours de dix dernières années par les autorités américaines, dont 6 l'année dernière.
Pour mieux vous informer sur le cancer, ne manquez pas les EME2016
Enghien 15 Oct. 2016 - Entrée gratuite

Il s'appelle Casper; il est haut comme trois pommes et veut devenir le fidèle compagnon des jeunes enfants qui séjournent à l'hôpital. Son but: divertir, alléger et égayer le quotidien des enfants traités pour un cancer.

Développé par neuf centres de recherche européens, Casper bénéficie des derniers développements technologiques, des systèmes d'imagerie et de navigation de pointe. Tout a été fait par ses concepteurs pour qu'il puisse collaborer au mieux avec le personnel médical mais aussi interagir facilement avec les patients. Il sait se déplacer de manière autonome, il émet des sons, sait reconnaître les enfants hospitalisés et leur faire des compliments.

Pages

S'abonner à Front page feed